Imprimante 3D - Alienware Maroc Games

Document sans nom
Document sans nom
Aller au contenu

Menu principal :

Gallary des objet 3D >>

 
 

MOD-t


Taille maximum d'impression  :150 x 100 x 125 mm



Vitesse (mm/s) :80mm/s

Material: PLA filament, 1.75mm diameter

Technologie : Fused filament fabrication

Epaisseur min. d'impression : -

 
 

MostFun Sail 3D

 


Taille maximum d'impression  :120 x 120 x 120 mm



Vitesse (mm/s) :150mm/s

Material: 1.75 PLA

Technologie : Fused filament fabrication

Epaisseur min. d'impression : 100 micron

 
 

Wanhao duplicator 4x


Taille maximum d'impression  :225x145 x150 mm



Vitesse (mm/s) : 40 mm/s

Matière(s):
PLA,ABS

Technologie : Fused Deposition Modelling

Epaisseur min. d'impression : 100 microns

 
 

Flashforge Creator Dual Head

 


Taille maximum d'impression  :225x145x150mm



Vitesse (mm/s) : 40 mm/s

Material :ABS (recommended) HIPS, Nylon PLA

Technologie : Dépôt de matière fondue

Epaisseur min. d'impression : 100 microns

 

Creatr HS

 


Taille maximum d'impression  :300x210x180mm



Vitesse (mm/s) : 300 mm/s

Matière(s): ABS,PLA,
PAV,
NYLON,
BRICK,
HYBRID

Technologie : Fused Filament Fabrication

Epaisseur min. d'impression : 10 microns

 
 

Ultimaker 2




 


Taille maximum d'impression (mm) : 230x225x205



Vitesse (mm/s) : 300 mm/s

Matière(s): ABS

Technologie : Fused filament fabrication

Epaisseur min. d'impression : 20 microns

 
 

MAKERBOT REPLICATOR




Taille maximum d'impression (mm) : 252x199x150



Vitesse (mm/s) : 120 mm/s

Matière(s): ABS,PLA.

Technologie : Dépôt de matière fondue

Epaisseur min. d'impression : 100 microns

 
 

MAKERBOT REPLICATOR


Taille maximum d'impression (mm) : 285x153x155



Vitesse (mm/s) : 120 mm/s

Matière(s): ABS,PLA,

Technologie : Dépôt de matière fondue

Epaisseur min. d'impression : 100 microns

 
 

D3D ONE ABS+PLA Model

 


Taille maximum d'impression  :20x20x20 cm



Vitesse (mm/s) : 400mm/s

materials:ABS,PLA.

Technologie : FFF

Epaisseur min. d'impression : 10 microns

 
 

D3D One EVO

 


Taille maximum d'impression  :24x24x25 cm



Vitesse (mm/s) :400 mm/s

materials:ABS,PLA,
FLEX,
NYLON,
CARBON,
WOOD

Technologie : Dépôt de matière fondue

Epaisseur min. d'impression : 20 microns

 
 

MAKERBOT REPLICATOR Z18


Taille maximum d'impression  : 30.0 L X 30.5 W X 45.7 H CM



Vitesse (mm/s) : 120 mm/s

materials:ABS,PLA.

Technologie : Dépôt de matière fondue

Epaisseur min. d'impression : 100 microns

 
 

MAKERBOT REPLICATOR MIN

 


Taille maximum d'impression (mm) : 100x100x125



Vitesse (mm/s) : 120 mm/s

materials:ABS,PLA.

Technologie : Dépôt de matière fondue

Epaisseur min. d'impression : 100 microns

 
 

rappy32


Taille maximum d'impression  : 180x190x180mm



Vitesse (mm/s) : 80 mm/s

materials:,PLA.

Technologie : Dépôt de matière fondue

Epaisseur min. d'impression : 100 microns

 
 

big builder


Taille maximum d'impression (mm) : 220x210x670 mm


Vitesse (mm/s) : 150 mm/s

materials:PLA, PVA,
Woodfill, Bronzefill, Flexible filament

Technologie : Dépôt de matière fondue

Epaisseur min. d'impression : 100 microns

 
 

M-ONE


Taille maximum d'impression (mm) : 145x110x170



Vitesse (mm/s) : 80 mm/s

PLA filament, 1.75mm diameter

Technologie : Fused Filament Fabrication

Epaisseur min. d'impression : 20 microns

 
 

Kudo3D Titan


Taille maximum d'impression  :7.5″ x 4.25″ x 9.5″ / 19.2cm x 10.8cm x



Vitesse (mm/s) :2.7 inches / hr for xy:50μm and z:100μm

materials: : ABS

Technologie : Dépôt de matière fondue

Epaisseur min. d'impression : 1.3 inches / hr for xy:100μm and z:100μm resolution

 
 

mUVe 1 DLP


Taille maximum d'impression (mm) : 128x80x180



Vitesse (mm/s) :80 - mm/s

filament:abs,pla

Technologie : Digital Light Processing

Epaisseur min. d'impression : 20 microns

 
 

Uncia  DLP


Taille maximum d'impression (mm) : 102*77*170



Vitesse (mm/s) : - mm/s

filament: UV resin

Technologie : DLP

Epaisseur min. d'impression : 20 microns

Comment fonctionne une imprimante 3D

ULTIMAKER : Impression haute définition

Imprimante 3D Cube

L'imprimante 3D , une innovation qui peut tout bouleverser

MÉDECINE RÉGÉNÉRATIVE
L'IMPRIMANTE 3D VA RÉVOLUTIONNER NOS VIES

Des chercheurs sont parvenus à imprimer en 3D des cellules souches embryonnaires et ouvrent ainsi la voie à l’enjeu suprême de la médecine régénérative : la création d’organes humains entiers et fonctionnels. Le rêve fou est aujourd’hui à portée de souris, de laboratoire et d’ordinateur, pour imaginer notre corps réparable à l’infini.


La médecine-fiction est à nos portes. Les imprimantes 3 D, déjà capables de copier des structures à partir d’un modèle en trois dimensions conçu sur ordinateur, peuvent reproduire des tissus vivants ! A un stade expérimental, mais bluffant. Il ne s’agit pas de greffer des ­prothèses éditées sur mesure en plastique biodégradable ou en titane, comme cela a déjà été fait pour se substituer à une main, une mâchoire inférieure ou un morceau de trachée, mais d’imprimer des cellules jusqu’à obtenir tout ou partie d’un tissu de peau, de muscle ou d’os. Et même, dans les décennies à venir, un cœur, un rein, une vessie ou un foie.

L’imprimante 3D dépose des couches successives de matière pour reproduire une structure modélisée sur un ordinateur en 3D. Pour les tissus humains il s’agit de cellules souches capables de se multiplier et de se spécialiser sur n’importe quel tissu. Ces cellules baignent dans un « milieu de culture », une préparation appropriée élaborée par les chercheurs. Une fois le liquide cellulaire fabriqué, on le dépose dans une « cartouche » que l’on place dans l’imprimante.

On peut raisonnablement envisager les premiers essais cliniques sur l’homme d’ici à dix ans pour des tissus simples tels que la cornée, la peau ou l’os. L’impression de tissus en 3D ressemble à un eldorado pour nombre de chercheurs, dont le pionnier, Anthony Atala, espère pouvoir un jour imprimer un organe en 3D. Les chercheurs du MIT ont aussi aidé la start-up californienne Organovo à réaliser une bio-imprimante 3D afin de créer des tissus vivants pouvant être transplantés. Le parcours n’a pas été simple et les quantités ne sont pas encore phénoménales. Mais la société arrive à copier quelques brins de muscle cardiaque ou de poumon, une des difficultés étant de reproduire la vascularité d’un organe, c’est-à-dire sa circulation sanguine.

 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu